Trianon Live de Seclin

Rencontre avec Etienne Vion leader de Total Foutrock et ZIGGY POP

C’est à l’occasion de la soixante dix-septième édition de la foire exposition au Gayant Expo de Douai, le 13 septembre dernier, que j’ai découvert Étienne Vion

Entouré de jeunes musiciens extrêmement talentueux, il occupait la magnifique scène du Gayant au sein de Rolling The Stones. Cet hommage au « plus grand groupe de rock de tous les temps » est intégré dans le projet « So British », intercalé entre Slow Hand (répertoire d’Eric Clapton) et Mister Collins (titres de Phil Collins). Il m’a fait une telle impression que je l’ai littéralement mitraillé sous tous les angles.

Présent sur la scène rock de Tournai en Belgique, à la frontière française (25KM de Lille) depuis le tout début des années 80, le gaillard possède une incroyable aisance sur scène. Et vraiment, il en faut pour incarner Mick Jagger. Rolling The Stones n’est pas dans l’imitation. Le groupe se veut  fidèle à l’image adulescente, chatoyante et fantaisiste des Stones. La gestuelle d’Étienne Vion, féline et instinctive, ses changements de costumes, ses intonations personnelles, son énergie inépuisable le rendent parfaitement crédible pour endosser le rôle de Sir Mick.

Il est entouré par une solide équipe de trentenaires redoutablement en place. Anecdote étonnante au passage, ce tribute est composé à part égale de musiciens flamands ( Niels Kimpe : guitare , Mathieu Verfaillie : batterie, Bert Haerens : basse) et de musiciens wallons (Gilles Reigner : guitare, Gauthier Budke : claviers, Étienne Vion : chant). Ils incarnent à leur manière l’esprit d’une Belgique unie et fraternelle, au-delà des différences linguistiques.

Immédiatement, leur complicité  saute aux yeux et aux oreilles. Le groupe s’amuse, et le public le voit, le sent, se prend au jeu. Il n’aura pas fallu 10’ pour que le Gayant s’enflamme pour Rolling The Stones, tape dans les mains, chante et finalement lui réserve une standing ovation à l’issue de ces 45 minutes endiablées.

A sa sortie de scène, j’ai eu le plaisir de pouvoir dialoguer quelques minutes avec Étienne Vion. Sa gentillesse, sa disponibilité et sa simplicité m’ont enchanté.

J’ai appris qu’il chantait dans deux autres formations, apparemment aussi talentueuses que Rolling The Stones.

Total Foutrock, groupe de reprises rock uniquement francophones réarrangées et mixées avec des riffs célèbres anglo-saxons. Actif depuis juin 2015, Total Foutrock s’est fait remarquer au festival Les Elyziks de Saint Quentin en juin 2019. Invité de dernière minute par Norbert Krief (co-fondateur de Trust, guitariste officiel de Johnny Hallyday pendant 8 ans), le groupe a eu la lourde tâche de remplacer David Hallyday, la tête d’affiche initialement programmée mais défaillante à 10 jours du festival. Étienne Vion et Total Foutrock, épaulés par Nono, ont littéralement enchanté les 7000 spectateurs. A tel point qu’il se pourrait bien qu’on les revoie aux Elyziks dans les années à venir.

 Enfin, à l’issue de la prestation, Norbert Krief lui a lancé ce défi « Étienne, tu n’as jamais pensé faire un tribute d’Iggy Pop ? ». Ce compliment, de la bouche d’un des plus grands guitaristes français de sa génération, n’est pas resté sans écho. Immédiatement Étienne a rassemblé une équipe et, avant même sa première prestation publique, le groupe avait déjà décroché des contrats d’envergure. Dont un au nord est Pays-Bas le 13 novembre prochain. Ziggy Pop (c’est le nom du tribute) aura l’honneur de jouer le répertoire d’Iggy Pop, à 400 km de ses bases, pour célébrer un concert de l’iguane, 25 ans plus tôt. Autant vous le dire, cet événement fait aussi la fierté d’Étienne et des membres de Ziggy Pop… Petit détail amusant, pour incarner Iggy, il n’aura pas besoin de garde robe. « Ça me fera des économies, m’a-t-il confié avec un œil malicieux… Mais je dois perdre un ou deux kilos! »

Arrivé à la pleine maturité, je le pense promis à de belles années devant lui. Rock and roll, à l’image du personnage!

C’est à l’occasion de la soixante dix-septième édition de la foire exposition au Gayant Expo de Douai, le 13 septembre dernier, que j’ai découvert Étienne Vion

Entouré de jeunes musiciens extrêmement talentueux, il occupait la magnifique scène du Gayant au sein de Rolling The Stones. Cet hommage au « plus grand groupe de rock de tous les temps » est intégré dans le projet « So British », intercalé entre Slow Hand (répertoire d’Eric Clapton) et Mister Collins (titres de Phil Collins). Il m’a fait une telle impression que je l’ai littéralement mitraillé sous tous les angles.

Présent sur la scène rock de Tournai en Belgique, à la frontière française (25KM de Lille) depuis le tout début des années 80, le gaillard possède une incroyable aisance sur scène. Et vraiment, il en faut pour incarner Mick Jagger. Rolling The Stones n’est pas dans l’imitation. Le groupe se veut  fidèle à l’image adulescente, chatoyante et fantaisiste des Stones. La gestuelle d’Étienne Vion, féline et instinctive, ses changements de costumes, ses intonations personnelles, son énergie inépuisable le rendent parfaitement crédible pour endosser le rôle de Sir Mick.

Il est entouré par une solide équipe de trentenaires redoutablement en place. Anecdote étonnante au passage, ce tribute est composé à part égale de musiciens flamands ( Niels Kimpe : guitare , Mathieu Verfaillie : batterie, Bert Haerens : basse) et de musiciens wallons (Gilles Reigner : guitare, Gauthier Budke : claviers, Étienne Vion : chant). Ils incarnent à leur manière l’esprit d’une Belgique unie et fraternelle, au-delà des différences linguistiques.

Immédiatement, leur complicité  saute aux yeux et aux oreilles. Le groupe s’amuse, et le public le voit, le sent, se prend au jeu. Il n’aura pas fallu 10’ pour que le Gayant s’enflamme pour Rolling The Stones, tape dans les mains, chante et finalement lui réserve une standing ovation à l’issue de ces 45 minutes endiablées.

A sa sortie de scène, j’ai eu le plaisir de pouvoir dialoguer quelques minutes avec Étienne Vion. Sa gentillesse, sa disponibilité et sa simplicité m’ont enchanté.

J’ai appris qu’il chantait dans deux autres formations, apparemment aussi talentueuses que Rolling The Stones.

Total Foutrock, groupe de reprises rock uniquement francophones réarrangées et mixées avec des riffs célèbres anglo-saxons. Actif depuis juin 2015, Total Foutrock s’est fait remarquer au festival Les Elyziks de Saint Quentin en juin 2019. Invité de dernière minute par Norbert Krief (co-fondateur de Trust, guitariste officiel de Johnny Hallyday pendant 8 ans), le groupe a eu la lourde tâche de remplacer David Hallyday, la tête d’affiche initialement programmée mais défaillante à 10 jours du festival. Étienne Vion et Total Foutrock, épaulés par Nono, ont littéralement enchanté les 7000 spectateurs. A tel point qu’il se pourrait bien qu’on les revoie aux Elyziks dans les années à venir.

 Enfin, à l’issue de la prestation, Norbert Krief lui a lancé ce défi « Étienne, tu n’as jamais pensé faire un tribute d’Iggy Pop ? ». Ce compliment, de la bouche d’un des plus grands guitaristes français de sa génération, n’est pas resté sans écho. Immédiatement Étienne a rassemblé une équipe et, avant même sa première prestation publique, le groupe avait déjà décroché des contrats d’envergure. Dont un au nord est Pays-Bas le 13 novembre prochain. Ziggy Pop (c’est le nom du tribute) aura l’honneur de jouer le répertoire d’Iggy Pop, à 400 km de ses bases, pour célébrer un concert de l’iguane, 25 ans plus tôt. Autant vous le dire, cet événement fait aussi la fierté d’Étienne et des membres de Ziggy Pop… Petit détail amusant, pour incarner Iggy, il n’aura pas besoin de garde robe. « Ça me fera des économies, m’a-t-il confié avec un œil malicieux… Mais je dois perdre un ou deux kilos! »

Arrivé à la pleine maturité, je le pense promis à de belles années devant lui. Rock and roll, à l’image du personnage!

©jpmpress.com

Etienne Vion and ZIGGY POP Tribute au Trianon Live de Seclin