Les Sauveteurs en Mer (S.N.S.M)

La SNSM, Société Nationale des Sauveteurs en Mer a été créée en 1967, c’est une association à but non lucratif dite loi 1901. Elle est reconnue d’utilité publique en 1970. Á ce jour elle compte environ 1200 membres, tous des bénévoles qui quittent leur travail pour aller secourir une personne ou un bateau en détresse, quelque soit l’heure, le jour, la nuit et par tous les temps.

Ils mettent leur vie en danger pour en sauver d’autres.

C’est ce qu’on pourrait appeler la solidarité des gens de mer face aux drames et accidents maritimes.

Ils sont déclenchés en cas d’alerte par le CROSS, Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage dont ils dépendent.

Mais pour devenir sauveteur en mer, il faut déjà réussir les épreuves de sélection, comme vous pouvez l’imaginer n’est pas une promenade de santé. Ce qui est normal pour des gens qui doivent sauver des vies en évitant de perdre la leur.

La formation des futurs sauveteurs se divise en deux parties, la formation théorique en salle de cours, dont la formation au secourisme et les techniques de sauvetage.

La formation pratique se déroule en mer, il est conseillé d’être en très bonne condition physique et surtout savoir nager.

Il y a plusieurs missions pour ces sauveteurs, la surveillance de nos plages l’été, le diplôme de maître nageur sauveteur est indispensable.

Et vous avez les sauveteurs embarqués, qui doivent être prêt à embarquer au maximum en 20 minutes en cas d’alerte.

Leurs formations plus techniques, outre le fait d’être bon nageur et secouriste.

Ils doivent avoir le permis bateau, c’est la moindre des choses pour effectuer des sorties en me dans le respect de la loi maritime.

La formation du personnel embarqué s’articule sur 4 grands axes :

Le management d’équipes, la gestion du stress.

La navigation, savoir manœuvrer, maîtriser la navigation opérationnelle à bord des canots et vedettes de la SNSM.

Et un axe technique de cette formation, la maintenance et le maintien en condition des moyens mis à leur disposition.

Je rappelle que toutes ces personnes sont des bénévoles et ne sont pas rémunérées. La SNSM survit grâce aux dons de généreux donateurs.

Ce qui est indissociable lorsque l’on parle de sauvetage en mer, c’est l’intervention de la Marine Nationale, avec ses hélicoptères Dauphin et ses plongeurs sauveteurs.

Ils interviennent très souvent ensemble lorsqu’un hélitreuillage est nécessaire. Mais parfois la météo en décide autrement et les hélicoptères ne peuvent pas décoller.

Parlons un peu du coût des opérations de secours en mer.

Le sauvetage en mer qui a pour but de sauver une personne en détresse, de lui apporter des soins, est gratuit, comme l’indique la loi, sauver une personne en danger est obligatoire et donc gratuit.

L’assistance à un plaisancier pour remorquer son voilier n’est pas obligatoire, cette action étant facultative l’assistance peut être rémunérée, et la SNSM peut envoyer une facture au propriétaire malchanceux.

L’assistance à un bateau en danger peur également ouvrir un droit à rémunération, ce sera en fonction des moyens engagés.

C’est pour ces raisons que la SNSM et la Marine Nationale pratiquent de nombreux exercices au plus près des situations réelles qu’ils pourraient rencontrer lors d’une alerte déclenchée par le CROSS, comme vous pouvez le voir sur les photos de ce reportage.

Ce sont des gens courageux qui risquent leur vie à chaque instant pour sauver la notre, au dépend de leur vrai travail et de leur vie de famille, qui je suppose doit être angoissée, quand ils sont en mission au large de jour comme de nuit, même avec du très mauvais temps ils sortent quand même.

© jpmpress.com